September 13, 2017

June 9, 2017

May 16, 2017

Please reload

Posts Récents

Le début d'une nouveauté

June 16, 2013

1/1
Please reload

Posts à l'affiche

Kai Lenny remporte son 4ème titre mondial

October 30, 2014

Sous mes yeux, Kai Lenny remportera son 4ème titre mondial de Stand Up Paddle, lors de la dernière manche du SUPWT à La Torche.

 

Intégré en catimini à l'équipe presse de la compétition La Torche Pro France couvrant la dernière manche du Stand Up World Tour, j'ai une matinée "test" pour décider si oui ou non je me fais embaucher par l'équipe en tant que photographe aqua officiel.

Autant vous dire que j'ai donné le meilleur de moi-même pour travailler auprès de grands photographes. Encore une belle opportunité pour moi d'apprendre le métier !

 

Premier matin, premières séries du tableau. La mer descend, le courant se fait sentir... J'ai les jambes qui luttent pour rester au bon endroit afin d'avoir le bon angle de vue. Finalement, à l'heure où le courant est le plus fort, cela devient très compliqué pour être bien positionné, à un point où je suis obligé de me laisser emporter au large, nager en longeant les vagues et revenir en bodysurf pour ensuite me repositionner avec le courant !

Midi : après avoir déchargé les photos dans la tente Presse, je prends une pause déjeuné bien méritée, à la crêperie de La Torche. On se réchauffe au coin du feu avec une bonne complète-lard avant de retourner dans le bouillon.

L'après-midi sera plus tranquille, la marée est avec moi, et me permet de me placer beaucoup plus facilement que durant la matinée. Même si le soleil n'est plus de la partie, les riders ne se soucient pas de moi et me frôlent avec leurs dérives, les rafales s'enchaînent dans le caisson étanche ! La marée se cale, je trouve un bon rocher sur lequel m'agripper pour rester au line up avec les compétiteurs. C'est impressionnant de voir ces champions passer à à peine un mètre de moi tranquillement en passant la barre, et envoyer du lourd durant les séries. Plus on avance dans le tableau de course, plus la pression se ressent au peak.

La journée se termine, on connaît maintenant les noms des quarts de finalistes hommes et femmes. Petit tour à la tente Presse, retouche et on envoie au boss, pour qu'il diffuse au plus vite sur les réseaux sociaux, les journaux locaux, et tout l'Internet. On se retrouve demain, pour en découdre avec les conditions froides (mais parfaites) et savoir qui sera élu Champion du Monde de SUP pour l'année 2014.

 

Dimanche matin, il fait encore nuit sur le parking de La Torche. Sur la plage, Sean Poynter s'échauffe, tandis de Kai Lenny est déjà sur l'eau à "tâter les séries", accompagné de Zane Schweitzer, Caio Vaz et Mo Freitas, parmi d'autres.

De la brume sur le spot, le vent est offshore, les vagues laissent apparaître un bon mètre cinquante à la série... L'ambiance est au rendez-vous : entre la pression des compétiteurs et l'aspect mythique du paysage, ça promet pour aujourd'hui. La décision est prise : les filles lancent les affaires à 9h00, suivi des hommes.

 

De mon côté, je me prépare au même topo qu'hier : marée qui descend rapidement, le courant va être fort... De plus, j'ai utilisé ma plus grosse combinaison la veille, et elle est encore un peu trempée... Je décide donc de mettre 2 combinaisons l'une sur l'autre, chose que je n'ai jamais faite ! Je peux vous dire que c'est compliqué d'enfiler tout ça, et les mouvements sont très limités ensuite !

 

Je me mets à l'eau. Les filles nous montrent un beau spectacle dans des vagues parfaites, et c'est sans surprise que Caroline Angibaud et Izzie Gomez passent en finale.

La foule s'amasse de plus en plus sur la Pointe de La Torche, et je me trouve aux premières loges pour admirer le spectacle. Sur l'eau, Caio Vaz affronte Zane Schweitzer. Série cruciale pour le titre, puisque si Caio veut garder sa place de leader au classement du World Tour, il doit impérativement battre Zane. Les deux protagonistes élèvent leur niveau au fur et à mesure que la qualité des vagues s'améliore... Le spectacle est intense !! Chaque turn ou grosse manœuvre est suivi de cris et d'encouragements de la part des spectateurs assis sur les rochers. Finalement, après 35 minutes d'ambiance électrique, Zane éliminera Caio et laisse le champ libre à l'hawaiien Kai Lenny pour récupérer pour la quatrième fois son trophée remis en jeu cette année. Quel spectacle intense !!

 

L'heure tourne, petite pause à 15 heures le temps que les finalistes (ou les photographes) se reposent avant d'en découdre avec la finale ! Quelques crêpes plus tard, j'enfile mes deux/trois dernières couches sèches (ou à peu près) pour shooter les derniers instants de cette compétition. Le courant est minime, je connais le terrain, je vais pouvoir me concentrer pleinement sur les réglages et le cadrage. Caroline Angibaud régale l'objectif, Izzie gomez en fait de même mais plus à l'inside, je n'arrive pas à l'avoir correctement. C'est finalement Izzie qui passera devant Caroline.

Côté masculin, Kai Lenny se fait sortir par Sean Poynter, comme si le travail était déjà fait et la pression s'en était allée. La finale est belle avec deux beaux champions. Les vagues se font rares mais les séries sont encore de belle facture. Sean Poynter nous offre un surf fluide, radical, et montre qu'il maîtrise parfaitement sa finale... Et s'impose logiquement devant Leco Salazar !

 

 

Ce weekend m'a permis de voir l'autre côté des compétitions. Ayant moi-même été compétiteur de haut niveau en waveski, je ne m'attendais pas à voir un staff et une équipe Presse aussi imposante et réactive. Chaque seconde est comptée entre l'instant où tu appuies sur ton déclencheur et le moment où tu transmets tes photos à ton boss. Pour vous dire, j'ai dû avoir une petite demi heure pour sortir de l'eau, me changer, décharger les photos, retoucher et transmettre les photos. Heureusement que je n'étais pas garé trop loin !

Le travail d'équipe est très important aussi dans ce genre de situation. Déjà pour ne pas faire la même photo que tout le monde, il est important de se coordonner pour savoir qui va où. Ensuite, et c'est un point très important, il est primordial de bien s'entendre avec ses collègues. Ils peuvent vous conseiller sur vos réglages, votre positionnement à l'eau, les retouches, et vous font gagner du temps lors de l'envoie des photos. J'ai eu la chance de travailler avec Ronan Gladu, qui m'a bien intégré dans l'équipe et m'a montré comment procéder pour envoyer toutes mes données, car franchement j'étais un peu perdu...

 

De superbes souvenirs en tout cas !

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload